Correspondances magiques

La loi d’analogie ou de correspondance en magie en est un des principes fondamentaux.

Depuis l’Antiquité, l’Homme s’est évertué à déterminer des correspondances entre différentes choses en apparence sans rapport entre elles si ce n’est par une caractéristique commune pouvant être la couleur, l’odeur, la forme générale…etc.

Ce principe est à l’origine du choix d’attribution des planètes visibles du système solaire. Ainsi Mars fut nommé du nom du dieu de la guerre parce ce que cette planète est rouge et rappelle donc le sang. Mercure porte le nom du dieu messager car cette planète se déplace rapidement dans notre ciel….etc

Les positions de certaines étoiles formant entre elles des figures constitua un ensemble de signes : Le zodiaque.

L’astrologie qui en découla est donc un premier exemple illustrant cette loi. Ce qui se passe dans le ciel étant analogique à ce qui se produit sur Terre.

L’on affirme ainsi fréquemment, pour reprendre un exemple très simple, qu’en phase de lune croissante l’on peut effectuer des rituels de développement alors qu’en lune décroissante, ce sont des rituels de destruction, de suppression qui devront être préférés.

Les couleurs ont, toujours d’après cette théorie, leur propre signification et peuvent se rattacher à diverses divinités, planètes…

Tout ce matériel peut se trouver consigné dans diverses tables, qui peuvent varier selon les époques et les auteurs.

Au premier abord, on serait tenté de n’y voir que pures affabulations, dénuées de sens et n’étant basées sur rien de tangible.

Mais le véritable intérêt de ces correspondances est à chercher ailleurs.

L’utilisation de ces correspondances permet de meubler un rituel, de le rendre plus prégnant. Les différents accessoires, moments choisis avec précision et orientation dans l’espace vont agir comme autant de renforçateurs de la conviction de l’opérateur en l’efficacité de sa pratique. Nous en revenons au concept de Foi, crucial en magie.

Se pose alors la question : Sachant cela, quelle efficacité ces concepts auront-ils encore ?

C’est qu’il faut savoir se prendre au jeu. Et faire confiance à notre inconscient. Lorsque nous regardons un film de science-fiction, nous savons que tout cela est fictif, que ce n’est que du cinéma. Et pourtant, nous sommes comme fascinés par le film et émus par ce qui s’y passe.

ipsum ipsum Lorem Donec risus Curabitur accumsan adipiscing et, porta.